chapitre 22

Le 1er juin dernier, nous nous sommes rendus sur les terres corréziennes du troupeau de Mérinos noirs pour marquer l’arrivée de l’été, s’il en est, et vous donner un aperçu actuel des moutons que vous parrainez. Les photos comme les nouvelles seront fraîches puisque notre promenade dans les prés s’est déroulée dans la brume et sous un crachin de pluie.

Les pieds mouillés dans l’herbe bien haute et bien verte, nous avons retrouvé les moutons encore enveloppés de leurs généreuses toisons. La tonte a en effet pris du retard car ce n’est pas si simple pour leur éleveur. Comparé aux Limousines que Pierre Couloumy élève également, un Mérinos a de la laine de la tête jusqu’au bout des pattes. Il est donc plus difficile à tondre.

Au mois de juillet 2015, Pierre avait récolté 99,5 kg de laine. Nous attendons donc avec impatience le prochain ramassage…

L’agnelage

Depuis le début de l’année 2016, les brebis mères ont donné naissance à une vingtaine de petits. L’un d’entre eux est né blanc comme neige !  Il s’agit de la troisième mise bas depuis l’arrivée du troupeau dans l’élevage de Pierre Couloumy qui a accompagné près de soixante naissances en 2015. Toutes les brebis avaient agnelé et la moitié avait pu ré agneler pendant l’été. Les agnelages se passent donc plutôt bien dans l’ensemble.

Pour maintenir un nombre correcte, l’éleveur a dû vendre quelques bêtes. Il s’est notamment séparé de dix brebis et de cinq agnelles au mois de juin 2015, puis d’un bélier en septembre, au profit d’Olivier Ser.

Le troupeau de Mérinos noirs corrézien se compose ainsi aujourd’hui d’un bélier, de 32 mères, 7 agnelles, 5 mâles et de 8 agneaux sevrés ou arrivant au sevrage (en plus des dernières naissances). Deux ou trois nouveaux béliers sont attendus dans le troupeau pour renouveler la généalogie.

Un nouveau troupeau, un nouveau projet en Haute-Vienne

Quand Pierre apprécie le caractère rustique des Mérinos et leur capacité à entretenir ses vergers de châtaigniers, Olivier s’intéresse personnellement à leur laine naturellement teintée.

C’est ainsi qu’en juin 2015, il décide de développer son troupeau de Mérinos noirs du Portugal au Dorat en Haute-Vienne. Il a commencé avec 15 bêtes venues de l’élevage de Pierre Couloumy et 5 autres du Lycée Agricole d’Ahun. Avec les naissances, une quarantaine de bêtes constitue aujourd’hui son troupeau de moutons noirs. Il a pu constater que cette race s’apprivoise facilement et les Mérinos se sont très vite adaptés à la cohabitation : Bleu du Maine, Limousine, chèvres des Pyrénées et Mérinos, soit plus de 60 animaux au total, évoluent ensemble dans 70 hectares de terrain.

Le projet d’Olivier : augmenter le troupeau en acquérant quelques agnelles et un bélier supplémentaires. La tonte 2015 lui a permis d’obtenir 5 kg de laine, il espère cette année en récolter 20 kg.

Information à partager : en prévision de notre prochain voyage au Portugal, nous sommes à la recherche d’éleveurs qui comme Pierre ou Olivier sont intéressés par l’acquisition de Mérinos noirs.

Bien à vous et à très bientôt en Limousin !

Laisser un commentaire