Chapitre 4

40°C au soleil au mois de mai. Nos moutons vivent dans l’une des zones les plus chaudes du Portugal. A cette saison, l’herbe est encore verte et haute.

Ce chapitre est l’occasion de vous conter le programme de notre séjour au Portugal :

Tout d’abord, nous avons été conviés à rencontrer des éleveurs et tondeurs de moutons noirs à l’occasion d’une grande foire agricole à Ovibeja. L’association ANCORME était présente pour nous accueillir. C’est une association qui a pour objectif la valorisation de la race Mérinos Noir. Nous avons pu observer les enclos de Mérinos Noirs mais nous avons également pu admirer des vaches de race…Limousine et Blonde d’Aquitaine…Le dépaysement n’était donc pas total. Ensuite, nous avons travaillé pendant 2 jours durant sur un chantier de tonte et de tri des toisons de moutons noirs afin de pouvoir acheter un premier lot de laine noire à destination de la filature Fonty. Au total, ce sont 500 brebis, agnelles et béliers qui ont été tondus par 5 tondeurs portugais en deux jours. Notre équipe française était investie par le tri de la laine : ramassage des toisons auprès du tondeur, numérotation de la toison, inspection de la toison par l’experte lainière et ses apprentis, suppression des parties salies et des toisons grises, pesée de la toison, enregistrement de toutes les informations, empaquetage des toisons. Heureusement, l’association ANCORME était sur place pour nous épauler. La laine correspond bien aux attentes de la filature en matière de finesse et de longueur de mèches. Les couleurs variaient entre le noir, le brun chocolat et le roux. Enfin, le dernier jour a été l’occasion de sélectionner 70 brebis environ dans un élevage afin de pouvoir réserver la trentaine de brebis et les deux béliers souhaités pour cette année. Joaquim, l’éleveur qui nous a reçus, élève ses moutons en race pure depuis plus de 50 ans. Nous avons pu vérifier les aspects sanitaires avec lui et sa sœur, vétérinaire, et bien établir les modalités de venue de nos moutons. Ils sont sélectionnés mais nous devrons patienter encore jusqu’à la mi-août avant de voir le premier troupeau brouter nos vertes pâtures. Ce délai est imposé par « l’Europe » qui établit une période de rétention de 100 jours durant laquelle l’effectif ovin ne doit pas être modifié.

Vous serez conviés à venir accueillir les premiers moutons mi-août au lycée agricole d’Ahun. Pour patienter, quelques photographies du Portugal.

SONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSC

Laisser un commentaire